Article
Point de mire sur... @Express
Mélanie Dagenais
Point de mire sur... @Express 21 octobre 2021

Les rencontres productives et courtoises avec le Groupe TransÉnergie et Équipement (GTÉ) permettent d’aborder les sujets d’intérêt pour nos membres. Notre dernière réunion s’est tenue au début du mois d’octobre et une première rencontre est prévue début novembre avec Claudine Bouchard, vice-présidente GTÉ, pour traiter de nos enjeux.

Statut des temporaires

Au cours des 6 derniers mois, notre travail syndical et nos discussions avec le Groupe TransÉnergie et Équipement ont permis certains gains, notamment l’obtention de postes permanents pour des spécialistes dont le statut est temporaire. Le taux de temporaires à GTÉ n'a toutefois pas diminué puisque, dans ce même laps de temps, l’entreprise a procédé à l’embauche de nouveaux spécialistes… sur des postes temporaires.

Maintien des objectifs ambitieux

Pas à pas, nous avançons, c’est bien ! Toutefois, notre objectif est d’atteindre un taux maximal de 10 % d’employés à statut temporaire. Nous poursuivons donc le travail et continuons de marteler que des besoins récurrents nécessitent des spécialistes permanents. La création de postes permanents et le respect de la définition du statut temporaire tel qu’inscrit dans la convention collective (article 2.04) sont primordiaux.
 
Le syndicat persévère dans ses objectifs et nous poursuivons les discussions avec les représentants du Groupe TransÉnergie et Équipement sans exclure la possibilité de recourir à des moyens légaux.

Ingénieurs sur nos postes

Autres enjeux d’importance : la présence des ingénieurs sur les postes de spécialistes. Nous effectuons une vigie des postes occupés par des ingénieurs, et des représentations auprès des gestionnaires pour les exhorter à prioriser les spécialistes. Le non-respect de notre convention collective en matière de mouvement de personnel (article 14) fait d’ailleurs l’objet du plus grand volume de recours légaux au syndicat.

Miser sur la formation et la progression

Le cheminement de carrière à l’interne et l’embauche de nouveaux spécialistes pour les postes d’entrée sont de bonnes façons de limiter la présence des ingénieurs sur nos postes.
 
Nous encourageons d’ailleurs l’employeur à fournir de la formation dans ses unités et nous vous invitons à produire votre « plan de développement des compétences » afin d’aller chercher les formations utiles à votre progression ou à votre mobilité dans les unités d’affaires, selon vos besoins et votre intérêt.

Les enjeux 2021-2022

Le travail se poursuit, on ne lâche pas ! À titre de responsable du GTÉ, je continue de défendre vos droits et vos dossiers en priorité. En plus d’insister sur la nécessité d’ouvrir des postes permanents pour les spécialistes à statut temporaire, nous suivons tout ce qui a trait à l’organisation du travail quant aux déménagements, aux emplois multisites et, bien évidemment, au télétravail ; point qui est également adressé avec la haute direction. Nous soutenons les progressions de carrière, la formation et le programme de parrainage pour une meilleure mobilité des spécialistes qui veulent s’épanouir dans l’entreprise.    

Celles et ceux qui souhaitent prendre part à ces engagements et contribuer aux avancées, n'hésitez pas à me contacter et à joindre l’équipe syndicale.

Pour me faire part d'une problématique vécue à GTÉ, ou pour tout autre sujet d’intérêt, je vous invite à m'écrire à vp_mtl_pd@ssphq.org. Avec l'aide de la conseillère syndicale, Karine Rainville, nous pourrons faire les représentations appropriées auprès de la direction, si requis.

Mélanie Dagenais
Vice-présidente, Montréal Place Dupuis