Article
Point de mire sur... @Express
Marc Payette
Point de mire sur... @Express 22 juin 2021

Votre syndicat a récemment été informé de l’utilisation par Hydro-Québec de tests psychométriques pour mesurer le profil comportemental et évaluer les aptitudes de certains de ses employés. Nous voulons vous en informer et vous mettre en garde.

Pour le moment, ces tests semblent administrés dans les unités de la Direction – Sécurité des TIC d’entreprise, sous Moshe Toledano, pour aider le fonctionnement en mode « Agile ». Ils pourraient cependant avoir cours ailleurs dans l’entreprise, et sous d’autres formes.

L’employeur affirme qu’il ne s’agit pas de tests psychométriques à proprement parler; nous trouvons qu’ils jouent sur les mots. Le syndicat a d’ailleurs exigé que les documents fournis aux spécialistes par Hydro-Québec, dans ce contexte, soient clairement identifiés et mentionnent que le test n’est pas obligatoire.

Recommandations 

Le syndicat ne cautionne pas l’utilisation de tels tests en milieu de travail. Si l’employeur vous demande de répondre à un tel questionnaire, nous vous demandons de communiquer avec vos représentants syndicaux, et nous vous recommandons de ne pas le compléter, même si vos réponses sont anonymes.

Qu’est-ce qu’un test psychométrique?

Les tests psychométriques sont utilisés afin d’évaluer des facettes naturelles du comportement des individus – ils évaluent les caractéristiques psychiques des personnes à qui ils sont administrés. Ils peuvent mesurer votre capacité à travailler sous pression, votre leadership, votre stabilité émotionnelle, votre sociabilité, vos capacités d’apprentissage, ce qui vous motive, ce qui vous fait peur, etc.

Certains employeurs les utilisent dans le cadre du processus d’embauche et, même dans ce contexte, leur utilisation est controversée puisqu’elle soulève de nombreuses questions quant au respect du droit à la vie privée et du droit à l’intégrité de la personne.

Les tests psychométriques

Bien que, à première vue, les questions d’un test psychométrique peuvent paraître banales pour certains, elles sont en fait intrusives. Ces tests recueillent des renseignements en lien avec des aspects très intimes de l’individu.

De plus, des biais discriminatoires ont également été identifiés dans plusieurs de ces tests, au point d’en invalider les résultats. Puisqu’elle peut brimer les droits fondamentaux des individus, l’utilisation de ces tests doit être justifiée par la recherche d’un objectif légitime de l’employeur. Cet objectif doit également être proportionnel aux effets préjudiciables de ces tests.

Pour toutes ces raisons, la participation des individus à de tels tests devrait toujours faire l’objet d’un consentement libre et éclairé. Votre syndicat vous recommande de ne pas vous prêter à ces exercices. 

Mouvement de personnel
et boucle d’affichages

Le processus de dotation des postes vacants au Groupe – Technologie de l’information et des communications (GTIC), qui avait été suspendu à la suite de la boucle d’affichages du mois d’avril, a repris cette semaine selon ce que nous ont annoncé les RH d’Hydro. Ainsi, les spécialistes-candidats répondants aux exigences seront convoqués en entrevue par la gestion.

La prochaine boucle d’affichages des postes vacants pour les spécialistes a lieu du 21 juin au 4 juillet comme prévu par l’entreprise. Toutefois, pour le GTIC, l’affichage des postes sera retardé et aura plutôt lieu du 28 juin au 11 juillet.

Rappel de l’ordre de priorité

Pour en savoir plus, consulter la page Le comblement de postes chez les spécialistes 

Marc Payette
Vice-président, Montréal – La Gauchetière
Responsable de la cheminée GTIC