Article
@Express en santé et sécurité
Karen Cyr, Lucian Craciun, Fanny Pes-Morissette, David-Alexandre Paquette et François Gagné
@express en santé et sécurité 23 juin

En vélo ou en moto, méfiez-vous des portes d'auto!

Avec l'arrivée de la belle saison, arrivent également sur nos routes les vélos et les motos.  Alors, automobilistes, redoublez de prudence lors de vos déplacements, vérifiez vos angles morts, regardez dans vos rétroviseurs avant d'effectuer un virage ou avant d'ouvrir votre portière !

Plusieurs accidents de vélo, et ceux évités de justesse (ouf!), surviennent à cause des automobilistes qui ouvrent leur portière brusquement sans regarder si la voie est libre. La route, ça se partage, alors à tous les utilisateurs : soyez vigilants !

Connaissez-vous
l'ouverture des portières à la Hollandaise?

Cela consiste à ouvrir la portière avec la main qui s’y oppose. L’occupant doit alors pivoter vers l’arrière pour ouvrir la porte, ce qui lui permet de vérifier que la voie est libre.

Automobilistes 
Si vous causez un emportiérage, vous vous exposez à des conséquences sérieuses, en plus d'infliger des blessures graves. Le fait de ne pas s’assurer d’ouvrir une portière sans danger constitue une infraction au Code de sécurité routière.

Cyclistes et motocyclistes
Pour éviter d’être victime d’emportiérage, la responsabilité vous revient également d’être visible, de circuler du bon côté de la voie, de garder une distance sécuritaire avec les véhicules stationnés, etc.  

Pour plus de détails, consulter le Code de la sécurité routière et le site de la SAAQ afin de mieux connaître vos obligations et certaines recommandations permettant de faciliter le partage de la route. 

Bonne route!

Pop quiz !

Les troubles musculosquelettiques
chez les spécialistes

La majorité des spécialistes occupe un travail de bureau où ils passent 100 % de leur temps devant un ordinateur. La position assise, statique et prolongée provoque notamment un stress à votre corps qui, à long terme, peut occasionner des blessures. À cet effet, les troubles musculosquelettiques (TMS) ne concernent pas seulement les lésions causées par un incident spontané.

L’importance de l’ergonomie

Êtes-vous bien installé à la maison ? Votre écran et votre clavier sont-ils à la bonne hauteur ? Votre siège est-il bien ajusté ? La meilleure position à adopter est la posture neutre ou la position d’équilibre qui cause le moins de tensions aux muscles, aux ligaments et aux tendons. 

Il est primordial d’adopter une bonne posture et d’alterner entre différentes positions neutres pour prévenir les TMS. Cela dit, il ne faut pas oublier de se lever chaque heure pour bouger et s’étirer. Le corps est fait pour bouger et supporte mal l’immobilité prolongée.

Références

Le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail propose des recommandations concernant les positions à adopter, comme la posture neutre.

Le site de Passeport santé propose quant à eux quelques baladodiffusions d’étirements, essentiels au travail de bureau. Chaque capsule dure 1 à 2 minutes.

Finalement, un document de référence sur le travail en position statique.

On vous invite à y jeter un coup d'œil !

L’employeur a la responsabilité de vous assurer un environnement de travail sécuritaire.  Après avoir ajusté votre espace de travail à l’aide du guide fourni par l’entreprise, si vous ressentez de l’inconfort, des malaises ou de la douleur, n’hésitez pas à contacter votre gestionnaire pour avoir de l’assistance. Adapter votre bureau de travail de façon ergonomique, c'est primordial !

Et rappelez-vous que vous pouvez contacter votre syndicat pour du soutien dans vos démarches.

 

Le saviez-vous?  

Les facteurs psychosociaux au travail, tels que le manque d’autonomie ou de soutien social (collectif de travail), le sentiment de ne pas être reconnu à sa juste valeur, ainsi que le niveau d’exigences, pour ne mentionner que ceux-là, peuvent aussi contribuer à l’évolution des TMS. Il est important de communiquer ses insatisfactions afin de chercher des pistes de solutions.

Prévenir les coups de chaleur,
en milieu de travail et dans vos activités personnelles

L’exposition à la chaleur peut causer divers maux; un individu peut ainsi ressentir de l’inconfort, de la fatigue, une perte de vigilance, des étourdissements, des nausées et subir un coup de chaleur.

Plusieurs précautions peuvent être prises en cas de chaleur accablante:
 
- Boire au minimum un verre d'eau toutes les 20 minutes, même si l'on n’a pas soif.
- Porter des vêtements légers, de couleur claire et qui favorise l'évaporation de la sueur.
- Se couvrir la tête pour travailler à l'extérieur.
- Ajuster son rythme de travail en fonction de sa tolérance à la chaleur.
- Prendre des pauses à l'ombre ou dans un endroit frais.
- Redoubler de prudence en cas de problèmes de santé, d'antécédents médicaux, de maladie récente ou, encore, si                 vous prenez des médicaments ou manquez de sommeil.

Mettre des mots sur les maux

Comme l’indiquait récemment la campagne de l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) : « Quand on met des mots, on apaise les maux ». Nommez nos sentiments, surtout ceux négatifs ou désagréables, comme la peur, la tristesse, la colère et autres, nous aident à diminuer l'intensité de nos émotions négatives ou désagréables, et ce, beaucoup plus rapidement.

Il est faux de penser que d’ignorer nos sentiments déplaisants ou de les mettre aux oubliettes nous permettra d’arrêter de souffrir et que le temps les fera disparaître. Au contraire, les ignorer pourrait ne faire qu'empirer les choses.
 
Il est important d'aller chercher de l'aide et du soutien, si vous avez de la difficulté à gérer ou à exprimer vos émotions. Pour vous aider à mettre des mots sur vos maux, consulter l'article : 7 étapes pour apaiser votre monde intérieur à l'aide des mots. Pour de plus amples renseignements, visiter le site de l'ACSM, où vous trouverez de nombreux articles pour vous aider à cheminer et faire évoluer votre bien-être mental. 

Vos délégués sociaux du 4250

À tout moment, et plus particulièrement en cette période trouble et difficile, nous sommes là pour vous.

Pour retrouver votre bien-être émotionnel, faites appel à nous, vos Délégués sociaux (DS) du 4250. Pour une écoute confidentielle et une aide personnalisée, contactez-nous : Liste et coordonnées des DS 4250.

Le Programme d’aide aux employés et à la famille (PAEF) est également à votre disposition : 1 866 871-5335.

Qu’est-ce que le CPSS ?
Quel est son rôle ?

Le Comité paritaire santé et sécurité (CPSS) est composé de trois représentants syndicaux du SCFP 4250 et de trois représentants patronaux. Les membres se rencontrent dans le but de promouvoir la prévention à Hydro-Québec en analysant les risques en milieu de travail. Le CPSS formule des recommandations conjointes, donc patronales et syndicales, afin que les lieux de travail soient sécuritaires et ne portent pas atteinte à la santé, à la sécurité et à l’intégrité physique et psychologique des travailleurs.

En bref

Le CPSS 4250 a eu lieu le 2 juin dernier. Consulter le bulletin d'information :

L'Aperçu du mois juin 2021

Amusez-vous un peu ! Tester vos connaissances :

https://www.preventionautravail.com/cherchez-l-erreur.html

Pause estivale

Le bulletin en SST prendra une petite pause pour les mois de juillet et août. Bon été à toutes et tous, profitez-en pour vous reposer, pour faire de belles rencontres et de belles activités, en respectant les mesures sanitaires qui seront toujours en vigueur.

_________________________________________________________________________________________

Vous avez une suggestion de sujet pour le bulletin ou vous souhaitez obtenir plus d'information, n'hésitez pas à nous écrire à bien-etre@ssphq.org ou à DeleguesSociaux4250@ssphq.org

Prenez soin de vous !

Karen Cyr
Lucian Craciun
Fanny Pes-Morissette
David-Alexandre Paquette
François Gagné, responsable politique